Traitement en cours...
Paramètres d/'accessibilité

Chrétiens, juifs et musulmans dans al-Andalus

Fernandez-Morera Dario
Éditeur: GODEFROY
Date de publication 17‏/09‏/2020
Universitaires, journalistes et hommes politiques, tous nous présentent « A l-Andalus », l'Espagne sous domination musulmane, comme un paradis multiculturel où musulmans, chrétiens et juifs vivaient en harmonie. C e conte de fées est un mythe. Dans Le mensonge d'al-Andalus, un ouvrage décapant, l'historien Darío Fernández-Morera révèle la réalité de l'«Espagne arabo-musulmane», à partir de sources... Voir la description complète
24,00€
Disponibilité Disponible
Délais de livraison Expédié sous 2 à 3 jours ouvrés
CARACTÉRISTIQUES
Nom d'attributValeur d'attribut
EAN9782865533107
Date de publication17‏/09‏/2020
Poids6 g
Dimensions2٫50 x 15٫50 x 24٫00 cm
Common books attribute
AuteurFernandez-Morera Dario
ÉditeurGODEFROY
SérieLITTERATURE GENERALE
CollectionLITTERATURE GENERALE
Nombre de pages304
Langue du livreFrançais
FormatLivre broché / couverture souple
Description
Universitaires, journalistes et hommes politiques, tous nous présentent « A l-Andalus », l'Espagne sous domination musulmane, comme un paradis multiculturel où musulmans, chrétiens et juifs vivaient en harmonie. C e conte de fées est un mythe. Dans Le mensonge d'al-Andalus, un ouvrage décapant, l'historien Darío Fernández-Morera révèle la réalité de l'«Espagne arabo-musulmane», à partir de sources volontairement ignorées et de récentes découvertes archéologiques. Ce prétendu paradis de la coexistence heureuse a commencé avec la conquête de l'Espagne par le califat islamique. L es armées de l'islam, composées de Berbères incultes, détruisirent un Royaume Visigoth qui avait conservé l'héritage de la culture classique après la chute de l'Empire romain d'occident, et dont le niveau de civilisation était largement supérieur. Loin d'être un espace de tolérance, l'«Espagne musulmane » fut le lieu d'une régression culturelle dans tous les domaines de la vie. Chrétiens et juifs y furent marginalisés et opprimés par des autocrates religieux. Considérés comme subalternes dans une société hiérarchisée, ils furent réduits au rang de dhimmis, et eurent le choix que les gangsters donnent à leurs victimes : payer pour être protégés, ou disparaître. Tandis que politiciens et idéologues continuent de célébrer l'«Espagne musulmane» pour son « multiculturalisme » et sa « diversité », Darío Fernández-Morera montre que cette construction politiquement utile est une falsification de l'histoire.