Traitement en cours...
Paramètres d/'accessibilité

Protectorats français au Maghreb

Bahri Farid, Bahri Farid, Bahri Farid, Bahri Farid, Bahri Farid, Bahri Farid, Bahri Farid, Bahri Farid
Éditeur: REGARDS
Date de publication 09‏/04‏/2024
Cet essai souligne une période complexe, qui s'étend de 1881 à 1956, par devoir de mémoire. Il s'agit de la présence française dans le beylicat de Tunis et l’Empire chérifien. Lorsque l'on aborde l’histoire coloniale française, on se focalise surtout sur l’Algérie. Pourtant, d'autres régions du Maghreb ont été concernées. La présence coloniale ou les protectorats seront un fait en Algérie, pais au... Voir la description complète
22,90€
Disponibilité Disponible
Délais de livraison Expédié sous 7 à 10 jours ouvrés
CARACTÉRISTIQUES
Nom d'attributValeur d'attribut
EAN9782379391309
Date de publication09‏/04‏/2024
Poids2 g
Dimensions0٫10 x 14٫00 x 21٫00 cm
Common books attribute
AuteurBahri FaridBahri FaridBahri FaridBahri FaridBahri FaridBahri FaridBahri FaridBahri Farid
SérieSociété - Histoire
ÉditeurREGARDS
Nombre de pages180
Langue du livrezx
Description
Cet essai souligne une période complexe, qui s'étend de 1881 à 1956, par devoir de mémoire. Il s'agit de la présence française dans le beylicat de Tunis et l’Empire chérifien. Lorsque l'on aborde l’histoire coloniale française, on se focalise surtout sur l’Algérie. Pourtant, d'autres régions du Maghreb ont été concernées. La présence coloniale ou les protectorats seront un fait en Algérie, pais aussi en Tunisie et au Maroc. Ce fut compliqué cette réalité politique verra naître une résistance et engendrera des violences armées, policières, politiques, sociales, et les excès n'ont pas cessé avec les indépendances effectives de ces pays. La Tunisie et le Maroc, séparés par les plus de deux millions de kilomètres carrées de l’Algérie vont connaître à bien des égards un destin politique quasi-identique. Et l’Algérie, colonisée par la France en 1830, est en partie responsable de cette destinée commune. En 1881 en Tunisie et en 1912 au Maroc, la France impose un traité de protectorat. Les deux pays financièrement et socialement exsangues, ne peuvent qu’accepter de passe sous le joug de cette «protection». Une certaine historiographie présente les Protectorats comme des «havres de paix», par opposition à l’Algérie, terre d’affrontements. C'est faux. Selon l'auteur, une certaine violence y sera omniprésente. C’est le point de vue que tente de livrer cet essai, à travers, notamment, des sources journalistiques de l’époque. Cette période a conduit à des révoltes et à trop de dérapages catastrophiques pour les peuples, même ensuite. On le voit aujourd’hui. Farid Bahri enseigne l'Histoire et a été assistant à l'université de Srathclyde (Glasgow). Il est l'auteur de plusieurs ouvrages et entend rappeler dans cet ouvrage cette poussière que l'on tente de ranger sous le tapis depuis longtemps. Se souvenir appartient à l'éducation. Communication de l’éditeur : cet ouvrage a toute sa place en ce qu’il met en lumière les dérapages d’une époque, de 1881 à 1959. Toutes les situations dites coloniales, protectorales ou de mandat, pensons à celui des Britanniques au Moyen-Orient jusqu’en 1948, ont conduit à des excès. Ils ont comporté de bons côtés salutaires, pour toutes les parties, dont un aspect éducatif et de progrès, mais ont amené une exploitation, et une oppression, ce qui a nourri la grogne, la résistance et des révoltes. Occuper un territoire est en soi un acte de violence. On le dénonce comme tel aujourd’hui au sujet de la Russie en Ukraine ou en Crimée. Il entraîne une réaction en retour, un choc en retour. Un processus d’indépendance peut tomber entre de mauvaises mains ou pas. On a vu ce qu’il en a été en Egypte avec la création des Frères Musulmans en 1928, une société secrète, aujourd’hui tentaculaire, considérée comme terroriste par les pays du Golfe eux-mêmes. Souvent, mais pas toujours, les indépendances ont conduit à l’avènement de dictatures. Le pouvoir a changé de mains, mais les peuples n’y ont rien ou peu gagné.