Traitement en cours...
Paramètres d/'accessibilité

Un jour idéal pour mourir

سمير قسيمي, Nia Lotfi, Mardam-bey Farouk
Éditeur: ACTES SUD
Date de publication 07‏/10‏/2020
Un journaliste depuis longtemps au chômage, Halim Bensadek, décide à quarante ans de se suicider en se jetant du haut d'un immeuble de quinze étages, dans la banlieue d'Alger. Il tente auparavant de justifier son geste dans une lettre qu'il poste à sa propre adresse, et qui est censée n'y arriver qu'après l'annonce de sa mort. De la sorte, pense-t-il, on parlera de lui deux fois dans la presse : l... Voir la description complète
15,00€
Disponibilité Disponible
Délais de livraison Expédié sous 2 à 3 jours ouvrés
CARACTÉRISTIQUES
Nom d'attributValeur d'attribut
EAN9782330136819
Date de publication07‏/10‏/2020
Poids150 g
Dimensions1٫00 x 13٫50 x 21٫50 cm
Common books attribute
Auteurسمير قسيميNia LotfiMardam-bey Farouk
SérieLa Bibliothèque arabe
CollectionSindbad
Nombre de pages128
Langue du livreFrançais
FormatLivre broché / couverture souple
ÉditeurACTES SUD
Description
Un journaliste depuis longtemps au chômage, Halim Bensadek, décide à quarante ans de se suicider en se jetant du haut d'un immeuble de quinze étages, dans la banlieue d'Alger. Il tente auparavant de justifier son geste dans une lettre qu'il poste à sa propre adresse, et qui est censée n'y arriver qu'après l'annonce de sa mort. De la sorte, pense-t-il, on parlera de lui deux fois dans la presse : le jour où il mourra, et le jour où l'on découvrira la lettre. Par un mirobolant concours de circonstances, rien cependant ne va se passer comme il le prévoit. Le roman fait défiler à rebours le film de la vie de Halim qui, à l'instant fatidique, hésite à se lancer dans le vide. Sa propre hi stoire, rapportée en une succession de scènes drolatiques, en croise beaucoup d'autres, notamment celle de son ami Omar Tounba, un "mauvais garçon" ravagé comme lui par l'alcool et la drogue, et qui s'est follement épris d'une jeune femme débauchée que fréquentait son père. À travers lui, c'est toute une société miséreuse, marginalisée et privée de repères que Samir Kacimi restitue en peu de pages, parfois crûment, en bravant avec humour les interdits religieux et sexuels. Loin, très loin d'"Alger la Blanche"...