Traitement en cours...
Paramètres d/'accessibilité

ARBRE DONT J'IGNORE LE NOM

HAJI Golan, LEFEBVRE Pascale
Éditeur: PORT A JAUNI
Date de publication 05‏/06‏/2020
Ce poème est issu et traduit de la production poétique contemporaine syrienne. Le port a jauni poursuit ainsi son exploration du champ poétique arabe, de la poésie du désert qui date d’avant l’islam (Mu’allaqa, un poème suspendu, mars 2019) à la poésie moderne dialectale (avec la série des Roubaiyat, 5 recueils publiés depuis 2015) et jusqu’à la poésie contemporaine syrienne, très belle et très tr... Voir la description complète
9,00€
Disponibilité Disponible
Délais de livraison Expédié sous 2 à 3 jours ouvrés
CARACTÉRISTIQUES
Nom d'attributValeur d'attribut
EAN9782919511655
Date de publication05‏/06‏/2020
Poids94 g
Dimensions0٫30 x 17٫00 x 22٫00 cm
Common books attribute
Nombre de pages24
SériePoèmes
ÉditeurPORT A JAUNI
Langue du livreFrançais
FormatLivre broché / couverture souple
AuteurHAJI GolanLEFEBVRE Pascale
Description
Ce poème est issu et traduit de la production poétique contemporaine syrienne. Le port a jauni poursuit ainsi son exploration du champ poétique arabe, de la poésie du désert qui date d’avant l’islam (Mu’allaqa, un poème suspendu, mars 2019) à la poésie moderne dialectale (avec la série des Roubaiyat, 5 recueils publiés depuis 2015) et jusqu’à la poésie contemporaine syrienne, très belle et très triste en même temps (Tireurs sportifs, 2018). L’arbre dont j’ignore le nom est une méditation du poète sur l’exil et l’oubli. L’exil et l’incapacité à dire dans une autre langue, les « mots sont pauvres, ils montent et descendent comme le hoquet d’un nourrisson dans le brouillard d’une autre langue ». L’exil et le souvenir d’histoires familiales qui permettent d’évoquer ce que l’on fut, là d’où l’on vient. L’exil et la violence subie, « l’épouvante devant la vengeance des serpents blessés ». L’exil et son attente, l’exil est son silence, au point que la peur est devenue tristesse.